Propriétaires Jeanneau
Bienvenue sur le forum des Propriétaires de bateaux Jeanneau.
Vous pouvez visiter ce forum mais vous n'aurez pas accès aux fichiers joints, si vous n'êtes pas inscrit.
N'hésitez pas à nous rejoindre, ce forum est gratuit et sans pub !
Jean-Michel.

audit Port Medoc (33)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: audit Port Medoc (33)

Message  jean luc le Dim 10 Avr - 15:44

Bonjour jp33,

Merci d'avoir mis en ligne le rapport d'audit... très édifiant. Il confirme bien ce dont tous les gens qui connaissent port médoc se doutaient.

Je faisais partie de l'association pour la création de port médoc. J'ai été dans les premiers à leur dire que leurs tarifs compte tenu de l'emplacement du port et de son environnement étaient trop élevés, nous n'étions pas à St TROPEZ. Je m'étais déjà heurté à l'époque à des gens très imbus d'eux même et persuadés que tous les bordelais qui étaient sur le bassin allaient se précipiter pour acheter une amodiation.

Cordialement

Jean Luc

jean luc
Rang dans le forum : Barreur

Nombre de messages : 28
Age : 70
Localisation : Ile d'Oleron
Date d'inscription : 27/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

audit Port Medoc (33)

Message  jp33 le Jeu 7 Avr - 8:10

Le modèle économique de Port-Médoc en cause
Un audit sur la situation du port de plaisance pointe les insuffisances de sa gestion. Des tarifs trop élevés et le système de l'amodiation l'empêchent de se développer.


La lenteur du projet de développement immobilier à proximité du port avait aussi été dénoncée par les commerçants.



L'audit sur Port-Médoc, demandé par CdC Pointe du Médoc au mois d'avril 2010, vient de livrer ses résultats. « Sud Ouest » a pu obtenir une copie de ce document « confidentiel ». L'analyse porte sur les « charges, la tarification des amodiations et des locations annuelles, et la politique commerciale du port de plaisance ».
Cet audit a été réalisé par le cabinet Price Waterhouse Coopers (PWC) sur la période 2005-2009. Dès les premières pages, il apparaît que les comptes de résultat de la SA Port- Médoc font état d'une situation « structurellement déficitaire ». Sans les avances du groupe NGE, « 24, 6 millions d'euros cumulés depuis 2005 », sa filiale gestionnaire du port de plaisance aurait déposé le bilan. Depuis son lancement il y a six ans, c'est donc un port de plaisance sous perfusion qui tente de décoller.



En 2009, alors que les charges, qui sont en diminution, atteignent 3 342 398 euros, le total des produits n'excède pas 2 211 314 euros. Ce qui laisse un résultat net déficitaire de plus d'1 million d'euros.

Malgré un effort évident pour tenter de parvenir à une meilleure rentabilité, « les produits ne permettent pas de couvrir les frais de gestion du port », et les pertes s'accumulent (9,5 millions d'euros depuis 2005). L'analyse bilancielle souligne que « les ressources stables ne couvrent pas à long terme les besoins de l'entreprise ».

L'amodiation en cause

Toujours selon PWC, c'est le système de l'amodiation - concession temporaire accordée et permettant à un plaisancier l'usage d'un anneau de port contre paiement d'une redevance financière -, modèle économique suivi par la SA Port-Médoc, qui serait en cause. L'audit relève qu'en 2009, « le taux de remplissage du port sur ce type de contrat dépasse à peine les 50 % ». En clair, le produit proposé au public ne convainc pas. En 2009, sur 798 places disponibles, 398 places sont occupées… Un résultat décevant alors qu'il manque en France entre 54 000 et 60 000 places dans les ports pour faire face à la demande et que les listes d'attente sont monnaie courante un peu partout. Pour PWC, « le modèle économique de l'amodiation qui perdure aujourd'hui conduit chaque année à des pertes significatives » pour Port- Médoc SA.

Politique tarifaire inadaptée

Le document de PWC ne l'évoque pas en ces termes, mais si le contrat de l'amodiation, contraignant sur la durée et obligeant à débourser une somme conséquente dès l'engagement, semble plus adapté aux riches bateaux à moteur de la Méditerranée, les ports de l'Atlantique ont une clientèle qui fonctionne autrement. PWC signale d'ailleurs dans son audit « qu'aucun autre port de l'arc Atlantique n'a recours à ce type de contrat ». Dans le détail, sur « les grilles et la politique tarifaire », il est fait mention de plusieurs critiques : « L'absence de cohérence et d'homogénéité, le changement fréquent d'affichage, l'absence de logique apparente dans la détermi- nation des prix, etc. ».

En ce qui concerne la politique commerciale, l'audit fait aussi remarquer qu'« il y a peu ou pas de démarche de partenariat avec d'autres ports complets et disposant de listes d'attente conséquentes ». Les entretiens avec les usagers de Port-Médoc révèlent que, pour nombre d'entre eux, il y a « le sentiment d'une gestion coercitive des contrats d'amodiation ».

Ils font aussi part d'un « mauvais entretien du site, du manque de réactivité face à l'envasement constant et des problèmes de sécurité récurrent ». Enfin, l'analyse fait un comparatif sur les tarifs de locations annuelles appliqués par Port Médoc SA et les ports d'Arcachon, Royan et La Rochelle. Il en ressort que le complexe médocain a des prix en moyenne 37 % plus élevés que ceux de la concurrence.

Changer de système

Dans le chapitre des préconisations, tout en rappelant que Port Médoc SA peine à vendre ses anneaux, l'audit préconise d'abandonner le système de l'amodiation et de passer « à des contrats de locations annuelles renouvelables par tacite reconduction ». Un système se voulant « bien plus souple ».

Dans les grandes lignes, PWC conseille de redéfinir « de nouvelles grilles de tarifs pour la location, les escales mais également pour les prestations ». Outre la nécessité d'améliorer « l'accueil et l'entretien du site », PWC évoque la nécessité d'un « plan de retour à l'équilibre ». Il passera, selon l'audit, par « une réduction des charges de personnel et par un recours beaucoup plus important au groupe pour gérer les fonctions de supports ».

Dans le cadre du contrat de DSP liant la CdC Pointe du Médoc et le groupe NGE, le débat ne manquera pas de s'engager dans les prochains jours entre les partenaires. Selon nos informations, NGE, après avoir pris connaissance de l'audit, prépare une réponse.

Le bureau des maires de la CdC Pointe du Médoc, lui, n'a pas encore communiqué sur le sujet. Toutefois, Xavier Pintat, le président de la CdC, précise seulement avoir écrit au groupe NGE pour convenir d'une rencontre. Pour ce qui est des usagers du port de plaisance, ils avaient manifesté leur colère au mois de mars dernier lors de leurs assemblée générale. Et réclamaient que la situation du port soit clairement exposée.

Malgré nos sollicitations, Port Médoc SA n'a pas accepté de réagir.





jp33
Rang dans le forum : Equipier

Nombre de messages : 16
Age : 65
Date d'inscription : 16/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum